• JNE Lille 2022 du 20 au 23 septembre 2022
  • Webinaire APsyEN le 23 septembre 2020
  • Changement de nom de l'association
  • Cliquez pour une premiere presentation de ses reflexions et analyses
  • APsyEN.org

André Caroff ( 21/11/1930-19/12/2022)

Biographie d'André Caroff par Pierre Roche
(21 novembre 1930-19 décembre 2022)

André Caroff est né le 21 novembre 1930 à Pantin. Son père était ouvrier dans l’entreprise Nestlé et sa mère sans profession.
Successivement scolarisé, en école maternelle et primaire à Pantin, y compris la classe de sixième, de 1934 à 1942, puis au Cours complémentaire, de la cinquième à la troisième, de 1943 à 1945, et enfin de 1945 à 1949 il est normalien et interne à l’Ecole normale de Paris. Il suit ensuite la scolarité de l’INETOP de 1953 à 1955. Il obtient en 1970 une licence de psychologie.
Instituteur dans la banlieue parisienne à Drancy, puis à Saint-Denis, et enfin à Pantin de 1949 à 1953.
Il fait 18 mois de service militaire à Berlin entre deux blocus de la ville.

Il poursuit sa carrière de 1955 à 1966 dans les services d’orientation professionnelle, d’abord durant quatre ans comme conseiller d’OP à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), dans des conditions assez difficiles, et ensuite pendant sept ans au centre de Paris 20e, enfin en tant que directeur du centre de Noisy-le-Sec.
Il est alors, comme une grande proportion du personnel des centres, syndiqué au Syndicat national de l’enseignement technique.
Son épouse étant directrice d’école, il aura de l’enseignement une vision assez complète.
Dans une époque, caractérisée par un grand usage des examens collectifs systématiques par tests, il dira avoir longtemps hésité devant leur pratique et pensé que leurs résultats ne permettaient pas d’aborder les cas individuels, car au lieu de servir à corriger les résultats scolaires ils étaient utilisés par les établissements scolaires à renforcer la sélection.
Recruté par le ministère en 1957, il va rapidement se rendre compte combien les conseillers étaient méconnus, sous-estimés et souvent critiqués.  Il occupe tout d’abord les fonctions de chargé de mission à l’époque de la préparation de la réforme de l’orientation qui sera abandonnée en 1968, puis de chef de bureau en tant qu’inspecteur et Inspecteur principal de l’enseignement technique, il dirige ensuite le bureau de l’information et de l’orientation de la Direction générale des enseignements élémentaire et secondaire, il sera enfin chargé de mission d’Inspection générale et de 1981 à 1991 et Inspecteur général au groupe de la Vie scolaire.
Il me dira combien ces années avaient été éprouvantes : ses longues journées de 12 heures et l’impression d’être en permanence « sur la corde raide ». Son chef hiérarchique ayant coutume de dire qu’il y avait deux catégories de personnes au ministère, ceux qui sont cons et ceux qui ne le sont pas tout à fait. Il dit avoir essayé de se maintenir dans la deuxième catégorie en craignant chaque jour de glisser dans la première. Il travaillait toujours dans l’urgence, assez souvent en proie à l’hostilité et à la mesquinerie.
Chargé d’un enseignement sur les services et les systèmes d’information et d’orientation à l’INETOP au cours de l’année 1981-1982, il utilise des éléments fournis par le précédent intervenant Pierre Demaret et s’efforce de présenter dans un but pédagogique l’ensemble des différents textes officiels qui réglementent la profession et des observations personnelles issues de ses propres activités au ministère. Son but était double : transmettre une histoire méconnue et informer les artisans des réformes des projets antérieurs.
Il rédige et fait publier, à partir de son cours L’organisation de l’orientation des jeunes en France. Evolution des origines à nos jours, préfacé par Maurice Reuchlin. La première et la seule histoire de l’orientation. Le texte, grâce à l’obligeance des Editions Qui-plus-est sera numérisé et proposé sur le site du GREO.
Entre 2001 et 2017 il participera aux activités du Groupe de recherches sur l’évolution de l’orientation, en intervenant le 15 octobre 2001 lors d’un des séminaires du GREO à l’INETOP sur Un pionnier de l’orientation professionnelle Julien Fontégne (1879-1944), ce qui donnera lieu à publication dans le numéro 3 de septembre 2002 de la revue Questions d’orientation. Le 3 octobre 2003 il participera à la journée d’études du GREO au sujet des procédures d’orientation lors de la table ronde « une politique d’Etat ; histoire et enjeux des procédures d’orientation (1959-1973). En 2007, nous signerons un contrat dans lequel je m’engageai pour les Editions Qui-plus-est à rédiger une suite à L’organisation de l’orientation des jeunes en France. Mais ce projet n’aboutira pas. Dix ans plus tard, en 2017, il dialoguera avec Jean-Pierre Bellier, autre Inspecteur Général, au sujet de la psychologie, l’enseignement et l’orientation. A la même époque, avec Rémi Guerrier, nous avons réalisé une vidéo où il retraçait son parcours. Chaque année, à l’occasion des vœux, je prenais de ses nouvelles et l’informais de ce que j’avais retenu comme faits marquants dans le domaine de l’orientation.
Quelques propos permettront au lecteur de mieux cerner sa personnalité. Ainsi, il me dira en 2001, avec sa modestie habituelle, disant reprendre un mot de Claudel : « je suis arrivé premier dans un concours de circonstances. » A un autre moment il m’expliquera que dans sa pratique de l’orientation il s’était attaché à la satisfaction des enfants et des parents accueillis, parce qu’il était né à Pantin dans un milieu populaire et qu’il aimait ceux « que Simenon a appelé les « moindres » c’est-à-dire les gens modestes… » Enfin, pour caractériser la différence entre un psychologue et un conseiller d’orientation, il ne craindra pas de faire appel à une boutade : le psychologue donne des excuses, le conseiller donne du courage.
Décédé le 19 décembre 2022, je crois qu’ il mérite, de par son rôle et ses écrits, de figurer parmi les acteurs  marquants de la démocratisation de l’enseignement au XXème siècle.

Pierre Roche
Fondateur et président du GREO (1996-2021)

Publications
Ouvrages:
L’organisation de l’orientation des jeunes en France. Evolution des origines à nos jours. Préface de Maurice Reuchlin, Issy-les-Moulineaux, Editions EAP, 1987.
Un pionnier de l’orientation professionnelle. Julien Fontègne (1879-1944), p 1-126, s.d.
Ministère de l’éducation nationale, Inspection Générale de l’Administration de l’Education Nationale. Inspection Générale de l’Education Nationale, rapport présenté par MM. André Caroff et Jacky Simon : Orientation des élèves. Problèmes généraux. Rôle des structures et des acteurs de l’orientation, juin 1988.

Articles :
L’école moyenne et l’évolution des institutions scolaires en France, L’orientation scolaire et professionnelle, 1974, 2, 117-133.
Il y a cinquante ans…la naissance des services d’orientation professionnelle,  L’orientation scolaire et professionnelle, 1988, 17, n°1, 3-22.
Le Secrétariat Général de la Jeunesse et l’orientation professionnelle sous le régime de Vichy, L’orientation scolaire et professionnelle, 1990, 19, n°1, 25-49.
Hussenet André, Les deux problématiques de l’orientation en fonction de la population scolaire et de l’individu, Savoir, 3, juillet-septembre 1991, 651-660.
Un anniversaire. L’orientation professionnelle à l’exposition internationale de 1937, document dactylographié, s.l.n.d., p 1-5.
Le cinquantenaire. L’actualité du décret-loi du 24 mai 1938, document dactylographié, s.l. , mars 1988, p. 1-8.
Vidéos :
Entretien autobiographique de Pierre Roche et André Caroff le 21 avril 2017 filmé par Rémi Guerrier .
Dialogue d’André Caroff et Jean-Pierre Bellier avec Dominique Hocquard et Pierre Roche le 21 mars 2017 qui figure sur la chaine Youtube de l’APSYEN.

Pierre Roche
Paris, le 2 janvier 2023

Accéder à l'espace adhérent.e

En cas de doute ou pas encore adhérent.e ! C’est ici : webmestre@apsyen.org

  • Dernière modification le 10 Jan 2023 10:54.